Partagez | 
 

 Merui .:. Prob, bro' ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Merui Sohma




MessageSujet: Merui .:. Prob, bro' ?   Sam 13 Sep - 21:35




∆ ∆ Merui Sohma
feat. Kirishima Touka - Tokyo Ghoul

●● SURNOM : Meru ; Rui
●● ÂGE : 21 ans.
●● SEXE : Féminin
●● SEXUALITÉ : Bisexuelle.
●● GROUPE: Réprouvés.
●● MÉTIER : Etudiante en photographie.
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again because a vision softly creeping left it's seed while I was sleeping. And the vision that was planted in my brain still remains within the sound of silence.


∆ Once upon a time

L'astre du jour s'est levé un matin, illuminant de ses pâles et faibles rayons les jumeaux, déjà maudits sans qu'ils ne le sachent. Ils étaient nés cette nuit, sous une mauvaise étoile. Et la brume matinale avait bien du mal à laisser le soleil percer et bercer ces nouveaux petits êtres. Certainement un mauvais signe, que leurs parents ne percevaient pas encore, bien entendu. La vérité les rattraperait pourtant, tôt ou tard.

Merui et Minato ont grandi, bercés par l'amour de leurs parents. Leur famille était normale et d'apparence heureuse. Des enfants adorables, une fille brillante et un fils chaleureux. Ils n'étaient cependant pas tellement proches, et passaient leur temps à se disputer, voire même à se battre. Jamais rien de bien méchant, et toujours séparés par leurs parents lorsque ça tournait mal. Ils savaient pourtant se tenir lorsque leurs parents avaient des invités, ou qu'eux, allaient visiter leurs amis.

Merui n'a pourtant jamais feint un sourire à ces gens qu'elle qualifiait d'insignifiants dans son esprit. A part ses parents et son frère, personne n'avait vraiment d'importance. Et bien souvent, lors de fêtes dont la petite fille ne saisissait pas l'intérêt, elle étudiait, et ne parlait à personne. Si bien que sa famille a fini par s'éloigner d'elle. Son frère a quitté la maison lorsqu'ils avaient seize ans, sans que Merui ne comprenne jamais pourquoi. Et même si elle n'en laissa rien paraitre, perdre sa moitié l'affecta.

Ses parents furent anéantis par la disparition de Minato, et peu à peu, laissèrent Merui de côté, si bien qu'elle dut se créer une carapace pour ne plus laisser percevoir sa douleur. La douleur d'avoir perdu non frère, sa moitié, sans que celui-ci ne lui laisse la moindre explication. Mais alors qu'elle commençait à peu à peu s'en remettre, un nouveau bouleversement survint dans sa vie.

Un cri. Un cri d'agonie, puissant et à fendre l'âme. Une vive douleur dans tout son organisme la fit tomber au sol et se tenir le poignet, comme pour faire passer cette atroce torture. Merui ne sentait plus rien à part cette souffrance suffocante qui lui coupait jusqu'au souffle. Elle toussa, mais mauvaise idée, sa respiration se fit plus douloureuse encore. Elle tremblait. Sa vue s'était troublée. Alertée par le cri, sa mère avait accouru jusqu'à sa chambre et trouva sa fille étalée sur le sol, au milieu de ses cahiers, les dents serrées et en train de perdre connaissance. Alors, elle la mit au lit.

Une fois ses esprits repris, Merui ouvrit les yeux. Un coup d'oeil à son réveil lui fit comprendre qu'elle avait dormi presque deux jours entiers. Elle se sentait vide, mais n'avait plus mal nulle part. Excepté son poignet qui lui brûlait encore un peu. Alors, elle regarda celui-ci, et cette vision ne fit que confirmer ce qu'elle pensait ; sa marque s'était brisée. Elle venait de perdre son fragment. Un soupire lui échappa.

- Quoi... C'est tout ?

Toute cette douleur uniquement pour la perte de son fragment. C'était limite ridicule. Clouée au lit, elle fixa ainsi son plafond durant de longues heures, à réfléchir. Bien que cette perte ne lui fasse ni chaud ni froid, il fallait qu'elle trouve comment l'annoncer à ses parents. Et comment le prendraient-ils ? Peut-être serait-elle obligée de quitter la maison. De fuir ses parents après avoir été rejetée par ces derniers. D'être coupée de toute sa famille, tous ceux qu'elle aimait, tout ce en quoi elle croyait. Finalement, la réponse à ses interrogations se présenta d'elle-même lorsqu'elle entendit toquer à sa fenêtre. Alors elle se leva, lourdement, et l'ouvrit. Et elle cru mourir en voyant la personne face à elle.

- Minato !

Perché sur sa fenêtre, la regardant avec sérieux, mais un bonheur tout de même perceptible, son frère la fixait avec un léger sourire. « Yo », qu'il lui dit. Il entra dans la chambre et l'enlaça avec douceur, ce à quoi l'adolescente resta stupéfaite, sous le choc. Un an qu'elle ne l'avait pas vu. Et il se pointait comme ça, et disait « yo » comme s'ils s'étaient quittés hier ? Merui ne savait pas ce qu'il l'empêchait de lui en mettre une. Alors elle se laissa serrer, avant qu'il ne la regarde dans les yeux avec un air grave. Et il commença à s'expliquer, à lui dire qu'il avait recueillit des informations sur les Erudits et que ceux-ci s'étaient lancés à leur poursuite.

- Tu dois fuir, Merui. Ils vont t'attraper et te changer en légume.

Cette nouvelle sembla être un véritable coup de poignard dans le dos. Elle qui menait sa vie tranquillement, la voilà condamnée à fuir et se cacher. Après un baiser sur le front, Minato s'en alla, la laissant seule avec ses pensées.

Finalement, quelques jours après, Merui quitta la maison familiale à l'aube, sans rien dire à ses parents, comme Minato un an plus tôt. Après réflexion, elle se dit que ce fut surement la même raison qui l'avait poussé à s'en aller ; la perte de son Fragment. Après plusieurs heures à errer sans but, elle fut alertée. Un aboiement. Des coups de sifflets. Des cris. Merui déguerpit comme un lièvre après avoir reconnu les Erudits. Une course interminable. Le souffle court. Les cheveux devant les yeux, dans la bouche. La ville qui défilait à toute allure devant ses yeux. Les jambes lourdes et douloureuses. Merui empruntait tous les raccourcis, les passages secrets, les coins et recoins de cette ville qu'elle connaissait par coeur. Jusqu'à ce que ses pas ne la conduisent chez une de ses amies ; Sidney.

C’est une Merui hors d’haleine qui expliqua à son amie la situation, sans le moindre mal. Après tout, les deux filles s’étaient toujours très bien entendues et avaient toujours su tout se dire, tout partager. Après avoir entendu son histoire, Sidney accepta d’héberger son amie le temps que les Erudits cessent de les rechercher. Peu à peu, bien que déjà proches, leurs liens se sont resserrés, jusqu’à ce qu’elles deviennent comme les deux doigts de la main. Inséparables, les meilleures amies du monde.

Après l’accalmie, Merui est resté un peu chez Sidney, le temps d’obtenir son diplôme, qu’elle a eu sans le moindre mal, et d’entrer à l’école de photographie. Elle n’a cependant pas revu son frère depuis maintenant quatre ans.


∆ You're so badass

Il fait superbement beau aujourd'hui, et vous avez décidé de sortir un peu, d'aller vous promener dans la ville. Vous laissez la brise caresser votre visage, les parfums de la matinée vous embaumer, l'air frais et apaisant vous détendre, le plaisir de marcher seul vous émoustiller. Alors que vos pas sont lents et calmes, vous sentez tout à coup une vive douleur vous traverser, tandis que votre vision devient floue et se parsème de petites étoiles. Sonné, vous prenez le temps de vous rendre compte de la situation, puis vous comprenez ; vous êtes rentré dans quelqu'un. Vous regardez alors cette personne.

Il s'agit d'une jeune femme. Vous êtes dans un premier temps surpris, vous ne vous attendiez pas à percevoir une silhouette aussi agréable à regarder. Naturellement votre regard se perd sur les formes de la jeune femme qui semble avoir été plutôt gâtée par Dame Nature. Disons simplement qu'elle possède la chair qu'il faut là où il en faut. Malheureusement pour vous, ses formes sont cachées sous cette épaisse veste à fourrure, dans les poches desquelles elle a fourré ses mains. Elle porte cependant un short et des bottes, donc vous laisse tout de même apercevoir ses longues et fines jambes d'un teint pâle, presque fantomatique. Elle ne doit pas sortir souvent, pour être si peu bronzée.

Votre regard s'est attardé trop longtemps sur le corps de la jeune femme, vous vous risquez alors à observer son visage. Là encore, rien à redire. C'est une belle jeune fille au visage ni trop long ni trop filiforme, mais d'un joli ovale et aux proportions agréables qui rendent au tout une superbe vue d'ensemble. A un détail près ; elle vous fusille du regard. En effet, vous lui êtes tout de même rentré dedans.

Ses grands yeux ronds et bleu indigo vous foudroient, la haine lisible à l'intérieur. Elle vous semble prête à vous tuer sur-le-champ si vous ne vous excusez pas. Vous vous executez aussitôt, en vous inclinant. Ses lèvres fines qui vous semblent douces au premier regard, sont toujours ciselées en une moue mécontente. Mais son regard s'est adoucit. Elle daigne enfin retirer ses mains dans ses poches, et retire sa capuche de sa tête. Ses poignets dévoilés par les mouvements de tissus de sa veste vous laisse apercevoir une marque en forme d'aile brisée sur l'un d'eux. Vous découvrez alors ses cheveux, d'un bleu-violet inhabituel, mais pourtant naturel, coupé courts et donc la mèche cache l'un de ses yeux.

Alors que vous attendez son verdict, elle vous fixe longuement, avant de hausser les épaules. Alors qu'elle remet sa capuche, elle enfile un masque en forme de tête de lapin qu'elle aime porter, puis vous tourne le dos et passe son chemin, laissant flotter derrière elle une aura qui vous met tout de même mal à l'aise.
Le silence est le père de toutes les vertus. C'est un argument que Merui a tendance à soutenir, indirectement bien sûr. Puisqu'elle ne parle pas, ou alors, rarement. Tout du moins, elle est très renfermée, ne s'exprime que lorsqu'elle le juge nécessaire. Pour faire comprendre ses quatre vérités à quelqu'un, par exemple. Elle n'est pas foncièrement froide, elle est juste plutôt méfiante quant aux personnes qu'elle fréquente. De cette façon, elle évite les ennuis, et la souffrance. Vous comprendrez qu'il est difficile d'avoir une relation amicale avec elle, puisqu'elle les trie sur la sellette et n'est proche que d'un nombre restreints de personnes.

Du tact ? Ce mot ne fait absolument pas partie du vocabulaire de la jeune fille. Si elle a quelque chose à dire, elle le fera, peu importe les conséquences. Elle trouve qu'une relation ne peut pas se fonder sur le mensonge, que la personne doit savoir ce que l'autre ressent et faire avec. Merui estime que si une personne n'aime pas sa façon de penser, il n'a rien à faire avec elle, et c'est pour cette raison qu'elle ne se gêne pas pour étaler ses opinions ou remonter les bretelles à une personne qu'elle pense le mériter.

L'indifférence est la plus grande des souffrances, dit-on. Pourtant, Merui semble ne se préoccuper de rien, même lorsque cela la concerne. Elle réagira à une situation par un « Ah. » ou un simple haussement d'épaules, dans le meilleur des cas. Sinon elle est une véritable professionnelle en ce qui concerne les foutages de vents et l'ignorance. Aussi, il en faut beaucoup pour attirer son attention, et sa sympathie relève d'un véritable défi que seules quelques rares personnes ont jusqu'à présent réussi à relever. Elle est totalement insensible aux souffrances d'autrui et pourrait sans la moindre culpabilité, assister à un meurtre et passer son chemin.

Ne pas confondre égoïsme et égocentrisme. Certes, Merui est une personne arriviste qui pensera à son bien-être avant celui des autres, mais elle ne pense pas uniquement à son petit univers et à sa petite personne. Ne pas croire non plus qu'elle soit incapable de sentiments. Elle estime que ne pas se mêler des affaires des autres est une manière d'éviter de souffrir, et Merui veut à tout prix s'éviter les souffrances et les larmes inutiles. Aussi, elle ne s'occupe des autres que lorsqu'elle est vraiment proche de la personne. Bien entendu, elle aidera sans problème un ami en danger ou dans le besoin.

Que ce soit physiquement ou moralement, pas question d'être doux et attentionné avec qui que ce soit. Personne ne mérite d'être aimé et bichonné, et encore moins des ennemis. Aussi Merui ne retient jamais ses mots ou ses coups. Elle est d'une extrême violence et peut entrer dans des états de haine contre le monde entier lorsque l'on la contrarie de trop. Vous ne serez jamais son chouchou, son protégé, à moins d'avoir une très bonne raison pour le devenir.

Une fois que l'on a réussi à établir une relation amicale et de confiance avec Merui, celle-ci se dévoue corps et âme à ses proches. Elle n'a certes que peu d'amis mais adore ceux-ci et ne les laisserait jamais tomber. Incarnation de la loyauté, elle pourrait renoncer à ses rêves les plus fous pour ne pas laisser tomber ses amis. C'est un comportement qui la répugne et sur lequel elle n'hésite pas à cracher sans la moindre pudeur. Lorsqu'on lui demande de l'aide, elle ira au bout pour trouver une solution sans jamais baisser les bras. Elle est dotée d'une grande détermination qui la pousse bien souvent à dépasser ses propres limites. Mais elle n'est pas une chochotte et ne se plaint jamais. De toute manière, rien ne lui importe.

Rien n'est laissé au hasard, rien n'est effectué sans être pensé au part avant. Posée, Merui songe. A une solution pour aider quelqu'un, à un exercice de maths ou encore à ce qu'elle va cuisiner ce soir, elle n'agit jamais à l'instinct et réfléchit toujours à un fonctionnement, un plan, pour n'importe quoi. Si bien qu'elle peut presque être perturbée lorsqu'elle est confrontée à une situation qui ne lui laisse pas le temps de méditer. Et malheureusement, lorsqu'elle agit par réflexe, elle a tendance à effectuer des actions qu'elle regrettera ultérieurement.

Intelligente serait presque trop peu onéreux. Il va de soi que Merui est une fille brillante, un trait de génie. Ce n'est pas pour rien qu'elle obtient tous les diplômes qu'elle veut sans le moindre mal, et excelle dans beaucoup de domaines. Elle n'a cependant aucun complexe de supériorité ni quoi que ce soit dans le genre et a horreur de se venter. Ce n'est pas une fille orgueilleuse qui aime faire savoir qu'elle est talentueuse. Et bien qu'elle soit l'un des meilleurs éléments de sa classe, elle est également l'élève la plus discrète et calme. C'est une fille ambitieuse qui aspire à de grands projets, tels que devenir une photographe professionnelle. Elle a une grande confiance en elle et ira certainement au bout des choses pour parvenir à ses fins.


∆ & toi, t'es qui ?

●● Ton peuseudo : Ichi, Mei-chou, Soldat, Dashie.
●● Âge : 17 ans.
●● Zelda ou Link ? Navi ! 8D
●● Comment tu nous a trouvés ? Svein a attiré Teruki qui m'a attiré, sisi.
●● Des suggestions ? Not yet c:
●● Le mot de la fin, alay ! Brony ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Abel Kingston

Propriété de Kana




&& ::
●● Métier: Roi.
●● Âge du personnage : 22 ans.
●● Relationships :
MessageSujet: Re: Merui .:. Prob, bro' ?   Dim 14 Sep - 1:09


Bienvenue chez nous et bravo !



●● Bien, déjà tout les points mentionnés pour l'histoire sont présents. Ça se laisse lire, on ne se perd pas dans l'histoire qui reste cohérente. Le personnage est bien décris, bien développé, bon travail. J'ai trouvé que l'ajout d'un frère, c'est plutôt cool, ça ajoute un petit quelque chose, *feelings*. EN BREF ! Ton travail à payé, tu as suivis le fil conducteur. Bingo ! Encore bienvenue et amuse toi bien parmi nous.~

●● Tu peux dès maintenant aller ouvrir ta fiche de liens, faire une demande de logement (mais t'es pas obligé) et même faire une demande de RPs, ou en ouvrir un directement.

Va, avec la bénédiction du Roi. ♥

Revenir en haut Aller en bas
 

Merui .:. Prob, bro' ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit probleme :O (barre xp)
» Prob de Connexion
» Prob wifi après coupure de courant
» Prob de messagerie
» Gaudeo quod non pecaui, et illum poculum merui ? (Jour VI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sora no K :: Fiches validées.-